Pourquoi pratiquer le yoga ? Il y a autant de réponse que de pratiquants, en apparence.

D'ailleurs, tout le monde ne se questionne pas sur le "pourquoi" !

Voyons les raisons de pratiquer le yoga, les pièges de nos attentes et quelques pistes pour les déjouer.

Vous pouvez également écouter cet article en podcast sur DharmaLyon ou sur la plateforme Anchor.

 

Pourquoi pratiquer le yoga ?

Pourquoi tout le monde fait du yoga ?

Parce que ça semble facile, déjà ! Le marketing a tendance à mettre en avant ce qui est facile et accessible à tous. Et très franchement, ce n'est pas le cas du yoga, malgré ce que l'on essaie de nous faire croire. Sauf si l'on appelle "yoga" trois mouvements de gym avec un chant de mantra en fond sonore...

Avec cette apparente simplicité, le yoga semble séduire toutes les personnes en quête de bien-être. Scoop : c'est justement ce que nous cherchons tous !

Tout le monde a entendu parler du yoga, et environ 1 français sur 4 aurait déjà pratiqué le yoga au moins une fois dans sa vie. C'est un véritable changement dans notre société où cette pratique était encore inconnue il y a 100 ans !

Il y a en apparence 10 000 raisons de faire du yoga. Mais vous savez quoi ? La raison profonde est la même pour tout le monde.

pourquoi faire du yogaC'est une insatisfaction qui donne envie de changer quelque chose.

 

Que l'on souhaite faire du yoga pour maigrir, pour mieux respirer ou pour atteindre l'éveil, il y a une volonté de modifier quelque chose dans le cours de notre vie.

Ce qui est drôle, c'est que cette raison première qui nous a poussée vers le yoga va changer avec notre pratique du yoga.

Certains changeront de but, d'autres finiront par pratiquer le yoga sans but, simplement pour goûter la saveur de l'instant et la délicieuse ivresse qui résulte de la combinaison du souffle et de l'immobilité.

 

Il est urgent de ralentir

Le simple fait de ralentir est bénéfique.

Sortir de la course, de la pression du temps, c'est créer une ouverture.

Ralentir est le seul moyen de se reconnecter à ses sensations.

Si tout va trop vite, on ne sent rien, on ne goûte rien.

Et le point de départ de la pratique du yoga se trouve là, lorsque l'on arrive à réveiller cette présence à soi-même, cette sensibilité. On devient alors capable de ne plus être toujours en résistance ou en réaction.

Aucune transformation ne peut se produire si l'on est perpétuellement en résistance face au monde.

Et nous venons justement de nous demander pourquoi pratiquer le yoga : pour changer.

Pourquoi pratiquer le yoga quand on est stressé

La détente est sûrement l'effet bénéfique du yoga que le plus de pratiquants recherchent.

La mobilisation du corps, le travail sur le souffle et aussi la capacité à se centrer sont certes bénéfiques.

On retrouve cette attention indivisible, tournée vers soi, ce qui est assez rare dans nos vies au rythme rapide où notre attention est souvent portée sur l'extérieur.

C'est une forme d'attention qui peut petit à petit devenir une seconde nature.

Ce seul changement dans notre attention, dans la qualité de notre présence, il peut modifier le cours de notre vie.

Comment mieux pratiquer le yoga

Une réponse magique à tous les maux de notre société

pratiquer le yoga

La pratique du yoga ne commence pas et ne termine pas avec la prise d'un asana, d'une posture.

On commence souvent par cette face visible du yoga car elle est attrayante, parfois ludique, et l'aspect physique du yoga répond à de nombreuses problématiques actuelles.

Comment être en meilleure santé, comment être plus détendu, comment évacuer le stress, et qu'est-ce que je fais si j'ai 5 kilos en trop, y aurait-il un remède miracle contre l'anxiété, etc.

Pratiquer le yoga semble être la panacée, la réponse idéale à tous les maux de notre temps.

C'est très bien d'avoir cet outil, mais limiter le yoga à cette recherche de bien être, je trouve ça carrément insultant.

La bonne santé, 1ère étape sur la voie du yoga

L'un des premiers objectifs du yoga est bien sûr d'avoir une bonne santé, car sans cela, impossible de s'intérioriser.

Comment goûter à l'état méditatif lorsque le corps tiraille ?

Comment se centrer sur soi lorsque la seule chose que nous expérimentons dans l'instant, c'est la souffrance, qu'elle soit physique, mentale, ou émotionnelle ?

La véritable pratique du yoga ne peut débuter que lorsque l'on est en minimum en paix avec soi-même, la méthode propose donc des techniques pour cela.

Bien souvent, nous nous arrêtons à cela, et l'effet escompté ne se fait pas toujours sentir, ou du moins pas avec l'intensité que l'on imaginait.

Alors qu'est-ce qui cloche dans notre pratique du yoga ?

Pourquoi ça semble ne pas fonctionner pour soi alors que tout le monde parle d'un épanouissement nouveau, d'une renaissance, même, pour les plus enthousiastes ?

Pourquoi pratiquer le yoga ne change rien dans certains cas ?

Les premières rencontre avec soi-même peuvent être douloureuses.

Si l'on nous demande pourquoi pratiquer le yoga, on répondra toujours que c'est pour aller mieux, pas pour aller moins bien...

Mais au départ ce n'est pas toujours évident.

Nous avons refusé de nous voir, de rester seuls avec nous-mêmes pendant des années, des dizaines d'années parfois.

La découverte tant attendue ne se fait pas toujours dans la douceur et dans la joie.

On découvre parfois un corps trop raide, plus que ce que l'on imaginait.

Des difficultés, des limites, des sensations pas toujours agréables.

Et l'impossibilité de sortir de soi en se centrant sur autre chose...

C'est d'autant plus douloureux si l'on n'est pas habitué à cette intimité avec soi-même, au silence et à l'intériorité.

Il faut s'apprivoiser, accepter déjà d'être pleinement en soi, sans essayer de se jeter sur une distraction.

Et l'habitude se prendra, doucement.

La clef, c'est vraiment d'apprécier la pratique sans se centrer sur un résultat.

La récompense, c'est la beauté du chemin que l'on parcourt et pas seulement la destination.

Qu’est-ce que ça change de savoir pourquoi on pratique le yoga ?

Intégrer le yoga dans sa vie quotidienne

faire du yoga

Le yogi, c'est celui qui apprend à répondre du mieux possible aux circonstances, aux événements qui se présentent dans l'instant.

Nous sommes beaucoup dans le mental, à planifier, anticiper, pester, regretter, etc.

Nous pouvons planifier, ne jamais se préoccuper de l'avenir serait irresponsable.

Mais une fois que nous avons fait ce qui était en notre pouvoir, il est nécessaire de s'atteler à répondre à la vie, à ce qu'elle nous apporte dans cet instant sans rester accroché à l'image que nous nous faisions d'une situation, à ce qui aurait dû être, à ce qui nous semble juste ou injuste.

Pratiquer le yoga dans sa vie, c'est aussi cultiver cette présence, cette capacité à s'immerger dans ce qui est en l'acceptant pleinement.

Accepter ce n'est pas se dire "chouette, telle méga tuile vient de m'arriver, c'est super, la vie est belle, tout est bien". C'est reconnaître pleinement une situation détestable en s'attelant à résoudre le problème.

Et pour tout ce qui nous arrive de sympa dans la vie, c'est valable aussi !

Beaucoup de gens cherchent sans cesse la petite bête, l'amélioration, ou on se plonge dans le dialogue intérieur au lieu de simplement profiter des petits instants de joie simple qui se présentent à nous chaque jour.

Une quête sans fin

Savoir pourquoi on pratique le yoga permet aussi de ne pas tomber dans certains pièges.

A l'origine de la pratique, il y a une recherche de mieux-être.

Dans notre course, au bonheur nous pensons qu'après avoir changé telle ou telle chose, tout ira mieux, nous serons comblés.

C'est vrai... jusqu'à ce qu'un nouveau besoin impérieux se présente à nous et nous replonge dans le tiraillement entre l'envie et le manque.

L'envie, c'est un puissant moteur. Une vie sans envie serait certainement un peu fade. Le tout est de bien doser les ingrédients, ne pas trop en mettre, sinon c'est l'envie elle-même qui va nous ronger.

Cultiver le désir sans être son esclave, telle est l'attitude qui semble la plus sage.

Le problème de cette course, c'est que dès que l'on satisfait un besoin, un autre apparait.

La satisfaction des besoins est parfois nécessaire, mais le bien être qui en découle n'est pas durable (sauf si l'on parle vraiment de la satisfaction des besoins primaires).

On le voit avec les gagnants du loto. Quelques mois après, ils disent tous expérimenter un niveau de bonheur supérieur. Mais deux ans après, leur évaluation du bien-être sera revenue au niveau initial, d'avant le gain. Ce n'est donc pas un petit coup de pouce de l'extérieur qui apporte un bonheur durable. C'est ce que nous cultivons. 

Le yoga n’est pas un objet à consommer

Le danger serait de consommer le yoga comme nous consommons un médicament. La solution miracle n'existe pas. On ne peut pas faire l'économie du changement.

Si nous sommes dans le mode consommateur, nous essayons, et si au bout de 3 mois la pratique du yoga n'as pas radicalement transformé notre vie, nous nous en détournons.

Bien sûr, ça ne marche pas pour moi.

ça vous semble caricatural ? Avouez, nous avons tous un peu ce côté là, cette tendance à chercher LE truc qui fonctionnera sans effort.

Que nous le voulions ou non, nous sommes des consommateurs avant tout. Nous consommons en permanence, et cela n'a rien de péjoratif, nous ne pouvons simplement pas vivre sans consommer de l'air, de l'eau, de la nourriture. Et tout le superflu, ça c'est la joie de notre époque.

Nous sommes des consommateurs, évoluant dans une société de consommation. Nous ne pouvons pas être insensible à cette influence.

La seule façon de ne pas être déçu, c'est de ne pas chercher de résultat en pratiquant le yoga.

Si nous faisons du yoga pour répondre à une peur, une besoin de sécurité, de réponse, etc. Nous nous enfermons de nouveau dans le cycle infernal de la consommation. Et c'est sans fin. Nous sommes comme Tantale, avec une soif impossible à assouvir. 

Un exercice simple : retrouver pourquoi pratiquer le yoga, pour soi

S'il n'y avait qu'une chose à faire pour transformer sa pratique du yoga, se serait de la faire sans attente.

Simplement pour éprouver la sensation du corps, du mouvement. Pour apprécier ce retour à soi. Pour se plonger avec délice dans le silence et l'intériorité. Pour retrouver la sensation vertigineuse du vide. Pour laisser des espaces de vide entre les souffles, entre les pratiques, seuls moments d'ouverture complète où l'on peut faire réellement l'expérience de l'unité. 

 

5 3 votes
Noter cet article
Si vous avez aimé cet article, merci de le partager ! ;)