manipura chakra

Manipura, la cité des joyaux

Manipura signifie littéralement « la cité des joyaux ». Un bien beau nom pour désigner le chakra du ventre ! On le situe, comme tous les centres d’énergie, plutôt à l’arrière du corps. Comme si la colonne vertébrale était le fil sur lequel les perles des chakras seraient enfilées. On le place donc à la hauteur du ventre mais les sensations peuvent être ressenties dans le dos lorsque l’on active manipura.

Représentation de manipura, le 3ème chakra

Manipura est lié à l’élément du feu. Il est souvent représenté sous la forme d’un lotus à 10 pétales de couleur bleue / noire. Dans le cœur du chakra, on trouve un triangle rouge pointé vers le bas. Le bija RAM en lien avec le feu est tracé au cœur du triangle rouge.

On trouve dans manipura Rudra, l’aspect de Shiva en lien avec la santé et la maladie. Représenté sous la forme d’un vieillard couvert de cendres aux yeux rouges, il est accompagné de sa shakti, Bhadrakali. On trouve parfois Lakini la bienfaitrice en plus de Bhadrakali. Ce sont les énergies de Rudra et de ses shakti que l’on utilise pour le soin ou la prévention des maladies. Une manière habile de personnifier une énergie afin de pouvoir agir sur elle !

Chakra et adhara

Les chakras sont des centres d’énergie, certaines traditions les assimilent parfois aux adhara. Les adhara sont des lieux de forces et des zones de passage entre les corps (vous vous souvenez ? Les 3 corps !). Dans la zone du ventre on trouve deux principaux adhara :

  • Uddiyanadhara, entre le pubis et le nombril. C’est le lieu de purification des énergies mais également du corps. C’est dans cet objectif que nous réalisons uddiyana bandha qui stimule cette zone.

 

  • Nabhyadhara, le centre des fonctions vitales et du feu digestif (au niveau physique ou mental). Cet adhara localisé au niveau du ventre serait le lieu de naissance du nada perceptible, le son OM.

 

Pourquoi travailler sur manipura ?

Manipura est le centre de la santé (et de la maladie), de l’assimilation au niveau du corps mais aussi du mental. C’est l’énergie samana (digestion) qui devrait être active au niveau du ventre.

Les pratiques associées à ce chakra sont généralement puissantes et les effets se font rapidement ressentir. C’est également manipura que nous activons lorsque nous faisons des séances énergisantes. On trouve par exemple le souffle de forge (bhastrika), les postures assez actives comme l’arc (dhanurasana), la barque sur le dos (navasana), ou encore la pince (paschimottanasana).

Au niveau physiologique, manipura est lié au pancréas et aux îlots de Langerhans, en activant cette zone on a donc un accès aux fonctions de digestion et d’assimilation, c’est également là où sont secrétées les hormones qui sont en charge du métabolisme des graisses et des sucres.

Au niveau psychologique, manipura est associé à la colère et à la pensée discursive (manas). On entend par là la petite moulinette qui fonctionne en permanence, qui juge, commente et analyse tout ce que vous pensez, dites ou ressentez. C’est précisément cet insupportable bruit de fond que l’on essaie de réduire lorsque l’on pratique le yoga ou la méditation.

Manipuram et l’élément du feu

Peut-être plus encore que pour les autres chakras, le lien entre l’élément du feu et manipura est essentiel. Comme nous l’avons vu pour les autres chakras, il ne s’agit pas que du feu extérieur mais de la fonction de combustion, de purification qui est à l’œuvre dans le monde et dans le corps.

Le corps contient différents points liés au feu (les gros orteils, l’anus, les yeux et le ventre pour ne citer que les principaux) et ce sont des points que l’on peut activer lorsque l’on manque de feu, de dynamisme, lorsque l’on a des soucis de digestion ou que l’on peine à avancer, à « digérer » une situation ou un changement.

Le feu est en lien avec le pouvoir alchimique : la capacité à faire feu de tout bois pour transmuter ce qui peut être vu comme négatif au premier abord en énergie pure (ou en lumière, c’est une question de vocabulaire). Le ventre et particulièrement manipura sont un peu les creusets qui attendent que l’alchimie se fasse. À vous d’y déposer des combustibles et d’utiliser les bonnes pratiques pour que la transmutation opère !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge