Nous arrivons tout près de Maha Shivaratri, littéralement « la grande nuit de Shiva ». Cette fête est l’une des plus célébrées dans les pays hindouistes ! Elle se déroule chaque année en février ou mars. Pour avoir eu la chance d’y assister une fois dans la sublime ville de Varanasi, je vous assure que ça vaut le détour ! Partons à la découverte de la fête de Shivaratri, de Shiva lui-même, des us et coutumes et peut-être pourrez-vous à travers ces lignes goûter à la saveur de l’Inde. Pour info, cette année, la grande nuit de Shiva est célébrée le 1er mars 2022.

Qui est Shiva ?

Commençons par le commencement. Vous ne vous pointez pas à une fête d’anniversaire sans savoir qui l’on honore et sans avoir un minimum d'informations sur la personne qui fête son année de plus ! (Ok, si, on peut le faire parfois mais c’est peu courant).

Shiva est l’une des divinités majeures de l’hindouisme. Il est associé à la conscience. Il est l’archétype du yogi. D’ailleurs, le but du yoga est l’union de la conscience et de l’énergie, donc de Shiva et de sa Shakti (son énergie). Un beau symbole à travers l’union d’une part masculin et d’une part féminine qui va bien au-delà des sexes. Il s’agit de l’union de deux choses en apparence opposées, aussi éloignées l’une de l’autre que semblent l’être la conscience et l’énergie. Ce n’est que dans ce mariage divin que l’on peut expérimenter l’état de yoga.

Yoga et hindouisme

Il y a une différence entre les yogis et les hindouistes. L’hindouisme est une religion, le yoga n’est pas nécessairement religieux. Il y a bien sûr des yogis hindouistes, mais ce n’est pas obligatoire. Yoga et hindouisme sont souvent assimilés car ils utilisent les mêmes codes, les mêmes symboles. Hé oui, le yoga étant né en Inde, il est marqué par la culture dans laquelle il a vu le jour ! Mais ne faisons pas de raccourci en en faisant une voie nécessairement liée à la religion.

Le yoga utilise l’esprit humain, le mental, et ses travers pour lui permettre d’évoluer. Nous avons plus de facilité à concevoir une personne qu’une idée. En personnifiant une énergie, des qualités, un ensemble de pouvoirs ou tout autre chose, il nous est plus facile de les appréhender.

Par exemple, si je vous parle de conscience, d’immobilité et de yoga, vous avez 3 notions qui peuvent vous apparaître séparées et assez abstraites. Mais si depuis votre plus tendre enfance vous avez écouté les histoires relatant les exploits de Shiva, maître des yogis, personnification de la conscience, qui reste immobile en méditation durant des millénaires au sommet de l’Himalaya, vous avez une compréhension plus forte et plus intuitive du concept que j’essaie de faire passer.

Même dans l’hindouisme, on ne voit pas forcément cette multiplicité de divinités comme des dieux ou des entités séparées de nous. Le yogi, en tout cas, considère chaque divinité comme une énergie (dans le sens de « pouvoir », « ambiance », « ensemble de qualités »). Cette énergie peut être présente en lui-même et à l’extérieur de lui. Sa responsabilité et d’entretenir en lui les énergies qu’il veut développer et de prendre conscience dans le monde de la manière dont il peut interagir avec ces énergies.

Shiva, yogi et ascète

Donc Shiva, c’est l’image du yogi à la concentration si intense que rien ne peut le distraire de ses longues méditations. Shiva peut prendre de nombreuses formes en fonction des facettes de sa personnalité. Voyons ces qualités apparemment indépendantes comme un tout formant l’essence de Shiva. Pour en citer quelques-unes connues des yogis :

 

  • Sous la forme de Mrityunjaya, il est le vainqueur de la mort. C’est la recherche du yogi, apprivoiser la mort, la connaître, s’en faire une alliée et non une ennemie.

 

  • Nataraja, seigneur de la danse. Shiva Nataraja est représenté dans un cercle de flammes, dansant. Il est alors lié à la destruction de l’illusion, donc à la conscience véritable.

 

  • Pashupati, le maître du troupeau. Shiva Pashupati est alors le guide qui conduit la masse et qui permet aussi de s’en extraire, pour ceux qui le souhaitent.

 

  • Rudra est parfois vu comme une entité séparée, mais est généralement considéré comme l’une des formes de Shiva. Le terrible, le destructeur, il est aussi celui qui donne le pouvoir de soigner.

 

La liste est loin d’être exhaustive, mais vous voyez ici quelques aspects fondamentaux de l’énergie qui est appelée Shiva. Vous pouvez également consulter cet article que j’avais écrit sur les attributs de Shiva.

Que fête-ton à Shivaratri ?

 

Shivaratri

Durant Shivaratri, de nombreuses personnes revêtent les attributs de shiva : malas de rudraksha, croissant de lune dans les cheveux, cendres sur tout le corps...

 

Durant la grande nuit de Shiva, la conscience est célébrée. La fête ne se limite pas à une nuit, les festivités peuvent durer une semaine suivant les villes et les traditions. Souvent, ce sera 5 jours, 5 étant le chiffre associé à Shiva. Cette nuit particulière est la 14ème nuit de phalguna (un mois indien qui tombe sur la période février / mars pour nous). Elle est souvent veillée.

On récite des mantras, on honore Shiva, on boit du bhang lassi (recette express : faites macérer une bonne quantité de cannabis frais dans du yaourt et du lait, sucrez, buvez !). La journée précédant maha shivaratri, on a pour coutume de jeuner.

Les hindouistes se rendent dans les temples dédiés à Shiva, honorent ses qualités, font des offrandes et se relient à la conscience. Les cérémonies ayant lieu la nuit se présentent sous de diverses formes, très pieuses ou très festives suivant les lieux ! On trouve des spectacles de musiques, de danse, des jeux avec le feu, ou plus souvent d’adoration du linga.

Le linga est l’une des manières de représenter toutes les qualités de Shiva, cette fois-ci de façon impersonnelle. Un linga est une pierre ovale, polie naturellement dans la rivière Narmada. C’est aussi parfois une pierre sculptée à la forme phallique. Encore l’un des aspects de Shiva !

 

shiva linga

Shiva linga, Varanasi, Inde. Sur les bords du Gange...

Certains s’adonnent à certaines austérités, comme courir des dizaines de kilomètres pieds nus durant la nuit… Bref, chacun peut trouver une façon bien particulière d’honorer la conscience.

Quel est l’intérêt de célébrer Shivaratri si l’on n’est pas hindouiste ?

Les yogis ont pour coutume de fêter Shivaratri, d’autant plus dans les branches du yoga shivaïtes (ce qui est mon cas).

Pour tout vous dire, je ne fais pas la Sainté-Lyon dans la nuit pieds nus et je ne baigne pas de phallus géant dans la Saône.

Ce jour peut être simplement l’occasion de se recentrer, d’intensifier sa conscience. De pratiquer en offrant sa pratique à Shiva, en offrant une attention particulière au développement de la conscience. C’est aussi l’occasion de faire les pratiques liées à Shiva (récitation de mantras, pratiques de certaines postures comme natarajasana (posture du roi de la danse) ou vrschikasana (posture du scorpion).

C’est comme toute fête, toute occasion. Rien de magique dans cette date, pas plus que dans une autre. Seulement c’est un jour fixé pour faire quelque chose de particulier, hors de nos habitudes. C'est un moment hors du temps que l'on peut s'offrir pour réfléchir à un sujet en particulier, pour changer une habitude, pour développer quelque chose de différent dans sa vie. On peut décider de saisir cette proposition ou ne pas le faire si cela ne nous parle pas !

Om namah Shivaya !

5 1 vote
Noter cet article
Si vous avez aimé cet article, merci de le partager ! ;)