Tantra, la dimension sacrée de l’érotisme (Daniel ODIER)

Attention aujourd’hui ça va être chaud puisque nous allons parler … d’érotisme. En même temps, lorsqu’il s’agit de tantrisme c’est difficilement évitable, d’autant plus que de nombreuses personne ont tendance à associer pratique tantrique et partouze géante. Avant toute chose, je tiens à rétablir la vérité : ce n’est pas le cas, du moins pas pour moi 😉

Tantrisme et érotisme, pourquoi faisons-nous le lien ?

Une pratique de chaque instant

Certainement parce que les tantrikas se démarquaient par leur pratique dans la vie quotidienne et non à l’extérieur du monde. Pour eux, le yoga, le sacré, c’est tous les jours à chaque instant et non une fois de temps en temps lorsque l’envie nous prend de nous rendre sur un lieu de culte. D’ailleurs, le culte ne sert à rien si l’on ne s’applique pas à pratiquer à chaque instant. D’où une pratique à la fois simple car elle ne demande pas d’emmagasiner des connaissances folles, mais difficile à mettre en place car elle exige une attention permanente à chaque chose.

Une sexualité sacralisée

Pas besoin de se couper du monde, donc, et par conséquent il n’y a aucune obligation de renoncer à la sexualité. Seule une sexualité « inconsciente » dans le sens de « mécanique, machinale » est déconseillée (je ne veux pas dire interdite ou proscrite car c’est faux, rien n’est interdit, il faut juste être conscient des choses et assumer ses choix). D’ailleurs, le sexe est un moyen comme un autre d’atteindre ce que chacun recherche en s’engageant sur cette voie, une forme d’éveil, mais avant qu’il ne permette cela il y a tout un travail à faire que bien peu de pratiquants s’appliquent à réaliser. Par conséquent, assimiler tantrisme et sexualité est extrêmement réducteur. Mais ça doit être vendeur…

Revenons au livre (oui, je m’égare vite). Je vous donne d’abord mon avis personnel qui est donc absolument subjectif, avant de passer à une description un peu plus objective.

L’histoire d’une initiation au tantrisme

Mon avis, donc, c’est que ce bouquin fait partie des quelques récits que je n’ai pas pu lâcher avant d’arriver à la fin. D’ailleurs, il m’a fallu moins de 48 heures pour le dévorer. L’auteur décrit avec son style extrêmement fluide les aventures qu’il a vécues dans sa quête de spiritualité. Le fait que ce soit vrai (enfin, peut-être un tout petit peu romancé, non ?) rend ça encore plus captivant. Les personnages sont attachants et on a vraiment l’impression de vivre tout ce qui se passe. Si je recommande ? Ben oui, pardi !

Tantrisme et érotisme

Pourquoi ce titre ? La dimension érotique n’est pas très présente alors les pervers qui pensent lire un bouquin un peu hot, passez votre chemin. S’il est vrai que certains passages sont très explicites, ce n’est pas l’essentiel du livre. Disons plutôt qu’il n’y a aucune censure. L’histoire, c’est celle du jeune Daniel Odier qui part en Inde en quête d’un maître spirituel et qui finit par trouver une personne pour le moins atypique qui accepte de le guider sur la voie tantrique. Il décrit son quotidien auprès de cette personne, les épreuves qu’il doit traverser, son ressenti et son évolution spirituelle.

En conclusion : c’est un livre magnifique, et qui permet de mieux comprendre le parcours de l’auteur. Personnellement je suis assez « fan » de ce qu’il écrit, et le fait de comprendre comment il en est arrivé là m’a beaucoup intéressée. Et même en dehors de la dimension autobiographique, le récit en lui-même est vraiment captivant,  De plus, on apprend beaucoup sur le tantrisme en tant que pratique « au quotidien ».

 

2 réflexions au sujet de « Tantra, la dimension sacrée de l’érotisme (Daniel ODIER) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge