La méditation, c’est malin (ou pas)

Oui, j’avoue, j’ai lu « la méditation c’est malin » de Marie-Laurence Cattoire. Par curiosité, et aussi parce que je suis avide de lectures sur le sujet, je recherche des points de vue différents et des avis de laïcs comme de personnes engagées dans différentes spiritualités. Je précise que je ne suis moi-même engagée formellement dans aucune religion même si l’on peut dire que je partage de nombreuses croyances avec le bouddhisme. Je n’aime pas tellement le terme « athée » qui ne me convient pas, mais c’est un autre débat.

La méditation, vraiment malin?

Ma première impression, je dois le dire, a été très mauvaise. Le titre fait très marketing, et vous savez à quel point j’ai horreur que l’on transforme la spiritualité en bien de consommation. C’est précisément parce que ce bouquin était aux antipodes de ce que je lis habituellement que j’ai eu envie de le lire. Je sais, c’est pas bien d’avoir des préjugés…

La promesse de ce livre sur la méditation

Un mode d’emploi de la méditation pour tous, ancré dans notre époque et adapté aux contraintes de chacun. Une approche de la méditation décorrélée du spirituel, pratique, un vrai manuel de l’apprenti méditant… presque scientifique.

Vous savez quoi? Je sais faire preuve d’ouverture d’esprit, parfois. Si je ne suis pas pour une vulgarisation excessive de tout ce qui touche au dharma, je pense que parfois, c’est quand même bien sympa d’avoir des réponses claires à nos questions et qu’un ouvrage comme celui-ci peut avoir son utilité. La méditation laïque? Pourquoi pas, après c’est un vaste sujet qui mériterait un article (ou un bouquin) entier.

Ce qui me dérange dans ce livre :

  • Je reviens sur la pratique dans un cadre laïc : je m’interroge car si l’on n’a foi en rien, pourquoi médite-t-on? Simple question. En pratiquant ainsi, j’ai le sentiment que la méditation devient une pratique au service de l’ego, non? Je différencie spiritualité et religion : je pense que l’on peut méditer sans être religieux, mais pas sans être engagé dans une quête spirituelle. Méditer pour le bien-être, pour la santé ou encore pour améliorer ses performances, c’est un peu éloigné de la recherche qui amène vers la méditation… Par conséquent, on s’assoit on se concentre, on peut même observer mais dans quel but?
  • Une vision de la méditation comme d’un outil : si l’auteure a le mérite d’écrire noir sur blanc que la méditation n’est pas un vulgaire outil de relaxation, c’est pourtant cette vision purement utilitariste qui ressort à travers l’ouvrage. Les bienfaits sur la santé, la détente… Tant de choses mises en avant qui sont des conséquences de la pratiques, mais pas un but en soi.
  • La « méditation guidée » est présentée comme une méditation : comment voulez-vous méditer avec un CD? Encore une fois, il y a un problème au niveau des noms que l’on donne aux choses, je pense que « relaxation guidée » serait plus approprié. Néanmoins, c’est à mon avis un bon préalable à la méditation.
  • Une présentation de la méditation comme une occupation banale, un hobby, une activité, comme si l’on pouvait dire à ses collègues en partant du boulot « je dois y aller j’ai mon cours de méditation ». Non, je refuse de mettre la méditation au même rang qu’une activité quelconque puisque la méditation n’est pas une activité, c’est un état que l’on peut avoir en pratiquant une activité.

Les points positifs

  • Des réponses claires : lorsque j’ai commencé à méditer, j’avais du mal à trouver des réponses claires sur le but de la pratique, la manière de faire, la juste posture… J’ai trouvé les réponses car j’avais à mes côtés quelqu’un pour me guider, mais comme tout le monde n’a pas cette chance, c’est une bonne chose que des ouvrages sur le sujet existent.
  • Pas mal de petites astuces pour avoir confiance en sa pratique, des conseils pour surmonter les obstacles à la méditation qui apparaissent inévitablement dans nos vies qui défilent à 100 à l’heure…
  • C’est un bon guide pour qui veut instaurer une pratique régulière : les astuces pour méditer au quotidien, en toute situation sont bonnes, on est motivé par le ton enjoué et la lecture peut permettre de se lancer ou d’intensifier sa pratique. L’auteure insiste aussi sur la nécessité de faire plusieurs « rappels » quotidiens, afin que la méditation ne se limite pas à une heure sur un coussin mais devienne un vrai art de vivre.
  • Une remise en cause du mode de vie complètement fou que la société tente de nous imposer, c’est bienvenue. Oui, j’ai le droit d’avoir mon quart d’heure anarchiste!

Conclusion : la méditation, c’est malin?

C’est à mon avis un bon livre pour des personnes qui souhaitent découvrir la méditation, ou encore pour celles qui débutent et qui souhaitent éclaircir quelques points encore obscures. Je pense que j’aurais été contente de le lire il y a quelques années. Cependant, les pratiquants plus avancés risquent de rester sur leur faim, notamment s’ils ont déjà lu plusieurs textes sur le sujet. Et toutes les personnes ayant une aspiration spirituelles risquent de ne pas trouver les réponses qu’elles cherchent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge