Le pouvoir de l’intention

Dans le yoga, on ne cesse de se demander quelle est notre intention à un moment donné, quelle est la situation vers laquelle on veut tendre. Parce qu’on est des feignasses, et on attend que l’inconscient bosse pour nous. En gardant cette intention bien ancrée, à force de répétition, on s’assure le soutien de notre allié le plus puissant, nous-même, pour réaliser ce qui nous tient le plus à cœur.

Pourquoi faire du yoga, pourquoi suis-je venu au cours aujourd’hui ?

C’est la première question à se poser. Je ne la pose pas systématiquement à mes élèves mais de temps à autre, je leur suggère de se questionner sur leur motivation pour voir où ils en sont, si le yoga répond toujours à leurs attentes, et pour donner un sens à la pratique. On est toujours plus efficace lorsque l’on sait pourquoi on agit et c’est pareil pour le yoga (oui, je sais, ma vision des choses est bassement pragmatique).

L’intention reflète le changement que l’on veut voir dans sa vie. Répéter l’intention à chaque cours permet de mieux fixer un cap : consciemment ou non, notre être tout entier sera donc tourné vers une seule direction dans le but de s’approcher de cet idéal.

Étendre cette recherche de sens à la vie quotidienne

Le yoga, du moins celui que je pratique, n’est pas fait pour nous couper du monde : bien au contraire, il s’agit d’un formidable outil pour mieux vivre sa vie. Et je sais de quoi je parle parce que pour faire d’une geekette associable dans mon genre une prof de yoga qui adore rencontrer des gens et donner des cours, il fallait un outil très puissant. Bon, ça se traduit comment, concrètement ?

Avant de faire quelque chose, définissez mentalement quelle est votre intention. Exercice aussi amusant que déstabilisant car on se rend vite compte que les ¾ de nos actions sont conduites mécaniquement, sans intention particulière. Le fait de formuler une intention permet de se donner un but, ce qui est bien utile pour les actions qui semblent à priori être des corvées.

Petit exemple : je dois passer une heure à préparer le repas parce que belle maman vient manger. Ok, la mienne est plutôt cool mais bon, c’est quand même une source potentielle de stress et on préfèrerait jouer à League of Legend avec chéri en mangeant des chips. Si je formule clairement l’intention de préparer un repas délicieux et sain qui permettra de démarrer la soirée sur une note très positive, ce n’est pas la même chose que de ruminer intérieurement. Je peux aussi choisir de voir ce temps de préparation comme un temps de méditation, un retour à l’instant présent, je vais dans ce cas me concentrer sur chaque petite action et l’accomplir comme si elle se suffisait à elle-même. Enfin, certains pourront considérer la préparation comme une offrande, comme un croyant organiserait une cérémonie ou un rituel. C’est une approche très différente que j’aime moins, mais je pense qu’il est nécessaire de la mentionner.

Un autre exemple plus connu : le ménage, la vaisselle, peu importe, une tâche à priori pas exaltante mais qui doit être faite. Le fait de nettoyer peut là encore être considéré comme une méditation, mais au niveau plus symbolique, on peut associer l’acte de nettoyer un lieu ou un objet au nettoyage des pensées, à la purification du mental. Se centrer sur l’action, sans commentaire, sans jugement. La réaliser simplement et sans à priori : ça, c’est le yoga ! Et il est bien plus difficile (mais plus efficace) de pratiquer ainsi au quotidien que de dérouler son tapis une fois par semaine. En formulant une intention, on donne de la cohérence à sa vie en déterminant un sens pour chaque acte. C’est déjà une victoire en soi dans ce monde où la plupart des gens ne savent pas vraiment pourquoi ils se lèvent le matin.

3 pratiques de yoga, 3 prétextes pour formuler des intentions

Je rapproche ici l’intention du sankalpa, du souhait que l’on peut faire associer à certaines pratiques de yoga spécifiques. Si ces deux notions sont différentes, elles sont toutes deux des productions du mental qui sont faites dans le but de le dépasser. En ce sens, elles ont un côté un peu magique !

Bhadrasana, la posture auspicieuse

Aussi appelée la posture qui réalise les souhaits, j’aime beaucoup faire bhadrasana en début de cours au pour commencer une séance de yoga personnelle. Une posture qui aurait le pouvoir de réaliser les souhaits. Les plantes de pied jointes, les mains entourent les pieds et le dos est maintenu droit par le levier exercé par les bras. En expirant on se penche vers l’avant, le souhait est visualisé au niveau de la base. En remontant, l’image du souhait rejoint ajna et le souhait s’y réalise pleinement. On y croit ou pas mais une chose est sûre : c’est une pratique qui est très agréable ! On prend trop rarement le temps de se focaliser uniquement sur une pensée positive durant quelques minutes.

Une posture inversée (shirshasana, halasana, sarvangasana…)

On dit qu’avant de prendre une posture inversée, on peut penser à une tendance que l’on souhaite inverser dans sa vie. Encore une fois, ça ne coûte rien ! Et c’est une bonne occasion de nous poser cette question : qu’y a-t-il à inverser ? D’une fois sur l’autre, comme pour le sankalpa, garder la même tendance jusqu’à ce qu’elle s’inverse effectivement.

Yoga nidra, pour plonger au cœur de soi

Le yoga nidra est souvent réduit à une méthode de relaxaton new age. Ouiiii je vous gonfle avec ça mais je milite fermement contre l’assimilation du yoga nidra avec la relaxation ! C’est d’ailleurs pour cela que je ne l’enseigne pas et que je n’anime jamais aucun atelier sur le yoga nidra : pas envie de faire un atelier détente. Bref.

Comme l’affirme Swami Satyananda, pour qu’une idée puisse germer, il faut planter la graine dans notre esprit au moment le plus propice. Ce n’est que lorsque l’on est très réceptif, détendu que l’on peut faire ce travail. C’est pour cela que le yoga nidra nous mène aux portes de l’inconscient : une séance de nidra est l’un des meilleurs moments pour formuler une intention. Le moment du coucher est également très propice. Et lorsque l’on a un sankalpa, rien ne nous empêche d’y penser au cours de la journée ou mieux, au cours des réveils nocturnes. De quoi peupler vos journées et vos nuits de pensées positives qui viendront remplacer les autres !

Une journée qui commence par une bonne intention !

Il y a une pratique très facile que j’adore faire : c’est bien simple, c’est un peu ce qui me permet de me lever le matin… Quand je suis encore dans un demi-sommeil, je cherche ce qui me motive le plus à cet instant précis, ce qui mériterait que je me lève et que j’y consacre ma journée. J’ai l’impression de redevenir une gamine parce que quand j’étais enfant je fonctionnais ainsi, je cherchais une grande « mission », une action à accomplir qui éclairait ma journée sous un angle précis. Habitude que j’ai perdu en grandissant car on nous impose souvent nos priorités… Commencer sa journée en se fixant un cap, c’est quand même un super cadeau que l’on se fait !

Dites, c’est quoi votre intention aujourd’hui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge