Kalpavriksha, l’arbre à souhaits

Dans mon dernier module de yoga nidra, la séance était en partie axée sur l’arbre qui réalise les souhaits que chacun de nous aurait en lui comme un moyen de donner vie à ses propres désirs. Voulant approfondir le sujet, je me suis rendue compte que peu de ressources évoquaient le kalpavriksha. Voici un article sur le sujet, qui sera complété au fil du temps, au gré des lectures et discussions éclairantes. n’hésitez pas à m’envoyer tout document sur le sujet 😉

Certains passages du Rig Veda font référence à cet arbre à souhaits mais je n’ai malheureusement pas les compétences nécessaires, pour l’instant, pour vous proposer une traduction correcte. Le sanskrit n’est pas la langue la plus simple à apprendre…

Selon la légende, le Kalpavriksha (littéralement « arbre à souhaits » en sanskrit) est donc un arbre qui a le pouvoir de réaliser n’importe quel souhait. Lorsqu’Indra perdit son royaume, il demanda à Vishnou de l’aider à le reconquérir. Vishnou lui dit alors de barrater l’océan afin d’en extraire l’amrita, le nectar d’immortalité. En barrattant l’océan, plusieurs trésors furent découverts et l’un d’entre eux est le Kalpavriksha. On le retrouve aussi sous le nom de Pârijâta, arbre planté dans les jardins du Devaloka (le lieu où résident les dieux). L’arbre aurait ensuite été dérobé par Krishna qui voulait l’offrir à l’une de ses (nombreuses) épouses, Satyabhama.

Cet arbre à souhaits serait le jasmin, d’autres sources pensent qu’il sagit du baobab, de l’arbre de la Bodhi (pipal) ou encore du banyan qui est considéré comme un arbre sacré dans plusieurs pays d’Asie… D’autres sources mentionnent le cocotier car c’est un arbre qui donne de nombreux fruits. Si l’on peut se poser la question de ce qu’est la Kalpavriksha, c‘est essentiellement l’arbre en nous qu’il faut observer.

De nombreuses croyances reprennent cette idée que nous attirons ce à quoi nous pensons, ce vers quoi nos idées sont tournées, et ce que nous désirons ou craignons. Il insiste sur l’importance de la pensée qui pourrait être créatrice, c’est le principe de la loi de l’attraction, largement médiatisé. Le pouvoir de l’esprit serait capable d’influer sur les fruits, qui ne sont autres que la manifestation au niveau plus grossier de cette pensée subtile. En yoga nidra, le fait de « travailler » sur ces pensées dans un état où le mental s’est effacé pour laisser plus de place à l’intuition, à la perception, permettrait d’amplifier ce pouvoir et de diriger les pensées vers des désirs plutôt que vers des choses plus négatives, comme c’est bien souvent le cas.

J’ai particulièrement aimé cette séance sur les désirs, qui permet de nous mettre en relation avec nos désirs fondamentaux et lorsque le mental commence à lâcher, on trouve plein de choses insoupçonnées, et plus important encore, on se rend compte que de nombreux désirs ont une même origine, ça simplifie grandement les choses. Je ne peux m’empêcher de faire la parallèle avec le barratage de la mer de lait, qui permet de faire remonter à la surface quelques trésors oubliés.

Une histoire sur l’arbre à souhait, qui montre bien à quel point cet outil magique peut être à double tranchant !

Plus près de nous, la simple tradition de l’arbre de Noël au pied duquel se retrouvent les cadeaux tant souhaités rappelle un peu cet arbre magique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge