La fête de Vesak

Qu’est-ce que la fête de Vesak, comment est-elle célébrée?

Il y a quelques jours, je n’aurais pas pu répondre à cette question 🙂 C’est pourquoi nous nous sommes rendus dimanche passé dans une pagode pour participer à cet événement. C’est aussi l’occasion, au travers d’un article que je voulais court mais qui m’amène sur d’autres sujets, de revenir sur les célébrations en général en Asie.

La signification de Vesak

Vesak est certainement la fête bouddhiste la plus importante. Elle célèbre la naissance, l’illumination et la mort de Siddhārtha Gautama. Normalement, la cérémonie a lieu pour la pleine lune, en mai ou en avril. A la pagode Thiên Minh de Lyon (enfin Sainte Foy lès Lyon, mais c’est juste à côté!) c’était le 25 mai, jour de la fête des mères et plus proche de la nouvelle lune que de la pleine lune. Enfin, c’est l’intention qui compte, l’énergie de groupe, tout ça… Nous y avons passé la journée, plus en tant que curieux que pratiquants.

En Asie, c’est une période privilégiée pour réaffirmer son engagement dans les 3 joyaux : certains Etats ordonnent la fermeture des abattoirs et chacun doit encore plus qu’à l’ordinaire s’abstenir d’enfreindre les 5 vœux que tout bouddhiste devrait s’appliquer à respecter.  Des offrandes sont faites et la sangha se retrouve pour un moment de célébration, de partage mais aussi de recueillement.

Vesak et les fêtes en général dans les pays bouddhistes

La culture occidentale est assez éloignée des asiatiques sur la manière de célébrer les dates importantes. J’ai passé pas mal de temps en Asie et j’ai toujours été émerveillée par les préparatifs. Pas seulement parce que c’est toujours grandiose, même lorsque les familles n’ont que peu de moyens, mais parce que c’est réellement festif! Les préparatifs sont un vrai moment de partage, c’est l’occasion pour la famille de se retrouver avant la fête. Chaque célébration prend une dimension sacrée, rien que par l’attention prêtée aux détails.

Bien sûr, les grandes dates sont souvent dictées par le calendrier religieux : une visite au lieu de culte est alors programmée, en plus des offrandes faites sur l’autel de la maison, ou même du temple de la famille s’il y en a un! On ne peut qu’être frappé par la différence entre une sortie à l’église pour Pâques ou même Noël, et n’importe quelle célébration bouddhiste ou hindouiste! Ça ne m’étonne pas qu’un nombre croissant d’occidentaux se tournent vers ces traditions : contrairement à nos religions édulcorées, dépouillées des éléments qui sont à leur origine, transformées comme le christianisme en un instrument au service d’une autorité religieuse auto proclamée (bon, ok, j’arrête, mais je n’en pense pas moins), les spiritualités asiatiques ne jouent pas sur la crainte et l’asservissement. Les cérémonies, nombreuses, sont de vrais moments de partage, de joie, de fête! Les énergies de joie et de paix sont présentes, on sent le lien entre les personnes, on a une réelle force de groupe. C’est d’ailleurs l’objet de nombreux rituels, la concentration d’une telle énergie.

Par exemple, les fêtes qui ont lieu pour le nouvel an en Asie sont juste irréelles pour qui n’est jamais sorti de France! Au Laos, les célébrations durent 10 jours pendant lesquels tout le monde sort dans la rue et se jette de l’eau à l’aide de pistolets à eau, de seaux… Enfin ce qu’on trouve! Je vous mets un petit lien vers mon blog, si vous voulez quelques images. Inutile de préciser qu’il est impossible de sortir faire une course et d’espérer rentrer chez soi sec… C’est un vrai retour en enfance, qui fait du bien. On retrouve un peu la même ambiance en Inde pour Diwali, la fête des lumières (rien à voir avec celle qui est célébrée à Lyon) où l’on improvise des feux d’artifices entre amis. Alors qu’en France tous ces amusements sont réservés aux enfants, en Asie chacun participe et il est inconcevable de rester à l’écart des festivités « parce qu’on n’a plus l’âge ». Une belle leçon pour rendre la vie un peu moins chiante. Pardon, triste.

Alors pour Vesak en France, ce n’était pas aussi délirant, mais c’est juste pour appuyer le fait que notre société déprimée gagnerait à se laisser un peu plus aller, quitte à ce que le pays entier retrouve une âme d’enfant pendant quelques jours tous les ans! Ça fait un bien fou.

Vesak à la pagode Thiên minh

La célébration avait lieu dans une pagode vietnamienne, la culture du pays était donc tout aussi présente que la culture bouddhiste. De 10h30 à 17h, les activités se sont succédées et nous étions surpris du monde qui était présent pour l’événement! Nous avons partagé notre journée entre une visite de la pagode et de ses jardins, magnifiques, le temple et la cour dans laquelle avaient lieu des spectacles (chant et danse) et où un enseignement sur la signification de Vesak a été donné.

En conclusion, c’était une journée très agréable. L’occasion de baigner dans une ambiance vraiment spéciale, comme un voyage au Vietnam sans voir à faire une journée d’avion! Plus sérieusement, c’était aussi l’occasion pour nous d’échanger sur le rapport de l’occident à la spiritualité, ce qui a fortement orienté la rédaction de cet article, et de baigner dans une autre culture. J’ai tout particulièrement apprécié l’accueil qui est fait aux personnes de toutes nationalités et quelle que soit leur tradition : bouddhistes et non bouddhistes sont les bienvenues, on se sent tout de suite à l’aise et le lieu est sublime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge