3 choses à faire pour se recentrer

Le yoga est clairement une activité qui permet de revenir en soi, de se recentrer. Le truc, c’est que l’on ne nous dit pas assez à quel point il peut être douloureux de tourner le regard vers l’intérieur, loin de l’agitation du monde. Ennui, doutes, découragement ou même dépression peuvent assaillir les méditants qui ne sont pas prêts à revenir se retrouver seuls face à eux-mêmes. Pour se recentrer, les techniques sont nombreuses, en voici quelques-unes que je trouve particulièrement efficaces.

Se recentrer pour changer de l’intérieur

La stratégie gagnante lorsque l’on n’est pas satisfait de ce que l’on a serait de changer l’intérieur pour changer l’extérieur, et non l’inverse.

On nous a appris que lorsque quelque chose ne va pas, il faut changer cette chose. Qu’il s’agisse de son travail, de son conjoint, de son cadre de vie… Très bien, dans certains cas c’est effectivement la solution la plus appropriée mais parfois le changement est trop difficile à mettre en place ou entraîne son lot de conséquences négatives. Il serait alors appréciable d’être capable de se recentrer et de changer sa vision du monde, son état d’esprit. Un exercice certes difficile, mais qui demande moins d’énergie que de changer continuellement ce qui est à l’extérieur.

Se servir du souffle pour se connecter à soi

La méditation et le yoga sont deux techniques qui donnent une place particulière à la respiration, un excellent moyen de se recentrer. C’est le souffle qui nous connecte au monde, qui nous relie. Ce lien entre espace intérieur et environnement doit être maintenu en conscience.

Le fait de se centrer sur le souffle est apaisant, mais pas seulement. Le fait de prendre conscience de sa respiration tout au long de la journée permet de noter les changements de rythmes ou d’amplitude. Une situation particulière entraîne un changement dans la respiration… Mais l’inverse est également possible ! Quand votre état d’esprit a tendance à s’assombrir il est possible de modifier le souffle pour agir sur le mental.

Savoir ce qui est important pour soi, même si on ne le réalise pas tout de suite

Nous avons souvent plus d’énergie pour les priorités des autres que pour les nôtres. On navigue ainsi de tâche en tâche, en sachant que cela n’est pas épanouissant mais sans pour autant savoir ce qu’il nous plairait de faire. Par manque de focus sur ce qui est important pour nous nous nous retrouvons à accomplir les projets des autres en nous oubliant. Aider les autres c’est bien, mais à condition de se recentrerde temps en temps pour sonder ses aspirations profondes. C’est le seul moyen de donner à sa vie la direction que l’on souhaite.

Trouver ce qui compte vraiment pour soi nécessite une vraie réflexion. Bien souvent nous pensons vouloir des choses qui ne compte en fait pas tant que cela… Pour trouver les réponses à cette question, rien ne vaut… le silence.

Retrouver le silence

Seul face à soi-même, on retrouve le silence. Un compagnon bien angoissant pour certains. Dans la vie frénétique que la plupart d’entre nous menons il est difficile de s’aménager des moments de silence et lorsque ceux-ci arrivent on s’empresse de les écourter. Commencez par reconnaître les moments de silence : un blanc dans une conversation (non, ce n’est pas grave ^^), un moment de tranquillité lorsque l’on rentre chez soi, le silence de la ville qui n’est pas réveillée lorsque l’on sort tôt le matin… On s’empresse de remplir cet espace vide de pensées, de musique, d’activité. Comme si n’importe quelle activité était encore préférable à l’écoute du silence… C’est pourtant la plus belle manière de se connecter à soi ! Acceptons d’arrêter quelques secondes le dialogue, qu’il soit interne ou externe. Revenons au silence, à la présence, à l’immobilité, au centre de soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge